Conflit Rhône Express & SYTRAL, une décision importante

Rhône Express réclame 2 millions d’euros au SYTRAL alors que l’entreprise réalise 1 281 000€ de bénéfices nets et perd le procès !

Le lundi 27 mai 2019 à 9h00, le tribunal administratif de Lyon a examiné le conflit qui oppose le Rhône Express, qui exploite la ligne Gare Part Dieu -> Aéroport de Lyon Saint Exupéry et le SYTRAL, en charge de la gestion du transport public dans l’agglomération lyonnaise. En cause : la mise en place d’une ligne TCL entre 2014 et 2015 reliant Lyon à l’aéroport Saint Exupéry.

Le tribunal administratif de Lyon a décidé de rejeter la requête de Rhône Express, qui demandait plus de 2 millions d’euros au SYTRAL au titre d’une concurrence déloyale. En effet, elle estime que son manque a gagné est dû aux lignes mises en place par le SYTRAL malgré la clause de non concurrence signée il y a quelques années.

La concurrence était le thème le plus important de cette audience tant attendue par les lyonnais. Le tribunal a voulu envoyer un signal fort à la société Rhône Express, lui indiquant que la concurrence était positive pour les consommateurs et qu’en l’état, le monopole créé plus de problèmes qu’il n’en résout.

De notre coté, nous saluons cette victoire puisque nous sommes la première entreprise lyonnaise à revendiquer auprès de nos passagers le droit de se rendre à l’aéroport de Lyon Saint Exupéry pour moins cher et avec un moyen de transport différent. N’hésitez pas à vous renseigner sur nos offres.

Le Rhônexpress va devoir négocier avec le SYTRAL

Cette décision de justice est non moins importante qu’elle met en position de force le SYTRAL dans les négociations de la baisse des prix du ticket en Rhônexpress. Elle sera toujours libre d’opérer en toute légalité et sans risque légaux des lignes entre Lyon et l’aéroport de Saint Exupéry.

Pourquoi Rhône Express et le SYTRAL sont en conflit ?

Au cœur de ce désaccord se trouve un enjeu colossal : le Rhône Express réclame 2 millions d’euros au SYTRAL suite aux recettes et indemnisations perdues entre l’année 2014 et 2015. Le SYTRAL avait, à l’époque, mis en place une ligne de bus permettant de relier l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry à moindre coût. Vinci, qui détient désormais l’aéroport de Lyon et qui exploite le Rhône Express, considère que la mise en place de ces lignes de bus était en contradiction avec la clause d’exclusivité du contrat qui liait les deux entités. Le manque à gagner a été de 1,84 million d’euros, plus 311 000 euros de frais d’expertise et a assigné le SYTRAL devant le tribunal administratif de Lyon en 2017. Rhône Express demande ainsi plus de 2,1 millions d’euros d’indemnités.

Le président de Métropole souhaite intervenir dans ce conflit

Le SYTRAL, représenté par Fouziya Bouzerda, explique en toute prudence qu’il y a « une divergence d’analyse légale ». C’est d’ailleurs le président de la métropole, David Kimefeld, qui a entamé des discussions « confidentielles » avec les dirigeants de la navette aéroport la plus chère d’Europe, afin de revoir ledit contrat, donc l’indemnité de 2 million d’euros réclamées par VINCI. La décision du tribunal s’annonce décisive pour la suite de cet accord et la résolution de ce litige. L’élu de la métropole temporise malgré tout : « Notre calendrier de discussions est déjà très serré, mais ce sont deux versants du dossier qui progressent en parallèle ». Il espère en tout cas pouvoir faire quelque chose, en trouvant une porte de sortie qui ne soit pas trop douloureuse. Néanmoins, cette affaire ne remet pas en cause les négociations actuelles autour de l’ouverture à la concurrence de la ligne qui permettrait au SYTRAL de proposer des navettes publiques et moins chères pour les lyonnais.

D’autres alternatives se développent à Lyon

D’autres alternatives émergent avec le temps, notamment notre entreprise Navette Lyon qui propose pour une dizaine d’euros des navettes à la place et toutes les heures en direction de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. « Nos petites entreprises doivent être soutenues par le public pour éviter que de tels monopoles s’installent au détriment des citoyens » aimons-nous à rappeler. Notre équipe est disponible par téléphone, mail et chatbot alors n’hésitez pas à nous contacter. Restez connectés en nous suivant sur les réseaux sociaux, nous allons réaliser une grosse annonce le 1er juin.